Redynamiser la vie locale – Requalification d’un immeuble Lamastrois

 

Dans quelques semaines Rassemblement Autour du Doux fêtera sa première année d’existence.

Tout au long des mois qui se sont écoulés, nous avons voulu apporter un éclairage nouveau sur le bassin de vie de Lamastre.

Les décisions du maire de Lamastre ont concentré nos investigations.

 

Ce choix tient à trois raisons :

  • la place prépondérante du chef lieu,
  • son délabrement économique, social et culturel
  • et la responsabilité préoccupante de l‘édile lamastrois.

 

D’aucuns mettent en doute le sérieux de nos enquêtes ou de nos allégations, relèvent un déficit en propositions alternatives et pensent que nous sommes animés uniquement par des projets électoraux.

Ces procès d’intention relèvent malheureusement de l’ignorance et du déni de la réalité.

Nous insistons auprès de leurs auteurs pour qu’ils se détournent d’un comportement idolâtre et décident enfin de sortir la tête du sable.

Nous voudrions de surcroit les rassurer sur un point : il n’est pas dans notre intention d’être « calife à la place du calife », du moins pas encore.

 

Nous savons aussi être force de proposition et nous allons le prouver pas plus tard que tout de suite.

 

La municipalité de Lamastre a décidé de mettre en vente l’immeuble « Broe »

Ce bâtiment, situé au bord du ruisseau le Condoie, à l’intersection de la route de Vernoux et de la rue Désiré Bancel est bien connu des lamastrois qui y ont vu succéder de nombreux commerces et activités dont le salon de coiffure JOURDAN sur 3 générations, la perception, le site de proximité Cèdre et de nombreux locataires.

 

 

 

D’où vient donc son nom ? Peut être d’une lignée de notaires installés à Lamastre aux XVIII et XIX siècles et qui en auraient fait l’acquisition ?

 

La municipalité de Lamastre en est devenue à son tour propriétaire.

 

Peut être consacrerons nous prochainement un article sur l’historique du bâtiment ?

 

 

 

 

Sur le site du cabinet immobilier FOROT de Lamastre, on peut lire l’annonce suivante :

 

Prix: 157 000 €

Numéro de référence : 4217 – Surface terrain : 900 m²

LAMASTRE – prox. centre ville, bonne exposition, idéal investisseurs – IMMEUBLE: 400 m2 env. comprenant 2 locaux commerciaux (1 loué, 1 appartement duplex à rénover, 1 appartement T5, 1 appartement T4, 1 appartement T3, grenier aménageable (T3 poss), 3 garages, sur 920m2 de terrain constructible. Réf. 4217

 

Voilà donc un bâtiment de 400 m2 qui fait partie du patrimoine communal et de l’historique Lamastrois, dont le gros œuvre est apparemment en bon état, qui comprend 4 niveaux habitables, des caves, une arrière cour de 900 m2, idéalement situé en centre ville, à proximité des commerces, d’un parc arboré…que la commune met en vente pour 157 000 euros !

 

 

 

Certes, le service des Domaines a du être consulté et donner son avis, sans visite sur place.

Certes, il faut construire plusieurs dalles entre les différents niveaux et revoir entièrement le second œuvre.

 

Tout de même, compte tenu du potentiel de l’immeuble, 157 000 euros nous semblent relever de la grande braderie.

La commune connaît-elle des problèmes financiers si graves qu’elle soit contrainte de « racler » les fonds de tiroirs ? Que sont devenus les excédents « historiques » ?

 

 

 

Un compromis de vente aurait été signé avec un particulier.

 

 

Qu’aurions nous proposé si nous avions eu charge de l’intérêt général ?

3 options nous auraient parues possibles, à réaliser de préférence sous l’égide de la commune, d’institutionnels ou de promoteurs immobiliers.

– des appartements

– une maison médicale

– une pépinière d’entreprises

 

1 – L’option appartements

 

Renseignements pris auprès des professionnels du bâtiment, l’immeuble BROE permettrait d’aménager 6 logements avec ascenseur, garages, caves et cour intérieure.

 

Nous aurions étudié cette possibilité car on constate depuis de nombreuses années un double phénomène à Lamastre : un déficit en logements normés et un afflux de ruraux âgés, issus des écarts de la ville, qui sont contraints de venir s’installer en centre ville pour des raisons de santé.

Entre le placement en maison de retraite et le maintien des personnes âgées encore valides dans un appartement décent, le choix est vite fait.

 

Si la charge financière avait été trop lourde pour les finances communales (il faut compter 1500 euros H/T le m2), nous aurions proposé de vendre l’immeuble à une société d’HLM et non à un particulier dont on ne peut pas prédire à la fois la solidité financière et les projets.

Sauf erreur de notre part, c’est bien ce qui s’est passé pour les anciens bureaux de la minoterie SEGUY dont la famille SEGUY avait fait don à la commune. Celle-ci les a cédés à son tour à Ardèche Habitat qui y a aménagé la résidence dite du « Moulin Peyrard ».

 

M. le maire a t’il envisagé cette possibilité ?

On ne peut que déplorer son absence de prise en compte de l’urgence immobilière puisqu’il a aussi annoncé la destruction des anciens abattoirs alors qu’il avait prévu dans un premier temps d’y aménager des logements sociaux  – lire à ce sujet Les-abattoirs-de-Lamastre

 

Ce n’est pas de la sorte qu’il limitera le déclin démographique de Lamastre (2717 habitants en 1990, 2382 au recensement de 2014).

 

2 – L’option maison médicale

 

Matériellement une maison de santé concentre plusieurs professionnels de santé en un lieu géographique restreint (un immeuble). Cet immeuble adapté peut être construit et aménagé par ces mêmes professionnels ou par la puissance publique.

Juridiquement, la maison médicale est une personne morale constituée entre des professionnels médicaux, auxiliaires médicaux ou pharmaciens (Art. L. 6323- du code de santé publique).

 

A la base, il y a donc la volonté de concentrer et d’optimiser l’offre de soins, ce qui présente plusieurs avantages tels que la continuité des horaires, des gardes et une meilleure circulation de l’information entre les thérapeutes et avec les patients.

 

La construction d’une maison de santé permet de favoriser l’installation des jeunes praticiens en milieu rural et donc de lutter contre les déserts médicaux. L’Ardèche ne compte que 91 médecins pour 100 000 habitants. Le département n’est pas jugé suffisamment attractif pour les jeunes générations.

 

La construction d’une maison médicale est fortement subventionnée.

Vernoux s’est récemment doté d’un tel équipement.

L’immeuble BROE s’y serait sans douté prété.

 

3 – L’option pépinière d’entreprises

 

 

Qu’est ce que c’est ?

 

 

Une pépinière d’entreprises (ou hôtel d’entreprises) est à la base une structure privée réunissant des acteurs tels que les banques, qui mettent des moyens matériels et humains à destination des jeunes entreprises en phase de développement.

Le principe est né en 1977 et a connu un développement rapide.

La pépinière favorise la réussite des nouvelles entreprises car elle leur permet de mutualiser les charges liées au démarrage de leur activité. Le secrétariat et de nombreux équipements peuvent être partagés (salles de réunion, photocopieurs, télécopieurs..). Elles peuvent y bénéficier de conseils pour le montage de leur projet et son suivi, de formations collectives, la mise en relation avec les réseaux de banques, d’experts les concours, les salons…

L’hébergement en pépinière est temporaire. Le contrat qui lie la pépinière d’entreprises et le créateur d’entreprise prend le plus souvent la forme d’un contrat de bail de courte durée. Le terme prévu est généralement le niveau de maturation de l’entreprise qui doit être suffisant pour que celle-ci puisse quitter la pépinière sans subir de désagréments.

 

Les communes peuvent être des acteurs majeurs de la création de pépinières d’entreprises en aménageant elles mêmes des locaux modulables qu’elles proposent à la location à un prix inférieur à celui du marché.

 

L’immeuble BROE aurait pu être dédié aux porteurs de projets dans le secteur tertiaire qui sont à la recherche de bureaux à bas coût.

 

De mémoire, l’équipe « Cœur et d’Audace », qui s’était présentée aux élections municipales de 2014 avait soulevé cette idée de pépinière d’entreprises.

 

L’immeuble BROE pourrait aussi être réhabilité pour reloger des entreprises Lamastroises déjà opérationnelles depuis de nombreuses années.

Si tel avait été le cas, nous n’aurions pas perdu CEFORA qui est parti à Vernoux où la municipalité lui a proposé des locaux neufs.

Lire à ce sujet le paragraphe consacré à CEFORA dans De l’art ou du cochon ?

 

Nous vous avons soumis quelques unes de nos idées pour dynamiser la vie locale. A vous de juger.

A vous de réagir et de nous faire part de vos propositions.

 

RAD

 

Vous aimerez peut-être aussi :

1 commentaire sur Redynamiser la vie locale – Requalification d’un immeuble Lamastrois

  1. Analyse pertinente, et très bonnes propositions.
    Encore un bel exemple du manque d’idée de la mairie de Lamastre, c’est tellement plus facile de brader le patrimoine communal que d’être force de propositions.

Répondre
Prenez connaissance de la charte de modération des commentaires avant de poster un commentaire.

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*