Saillans, laboratoire de la démocratie participative

 

Dans ce village de la Drôme, au pied du Vercors, deux dérives du fonctionnement traditionnel d’une mairie avaient été identifiées : l’accaparement du pouvoir par le maire et ses adjoints et  la faible participation des habitants, sollicités seulement une fois tous les six ans.
Pour éviter ces dérives, un fonctionnement « autrement », basé sur la collégialité et la participation des habitants, a été proposé par une liste collégiale aux élections municipales de 2014.

 

L’efficacité de la démarche a séduit des électeurs lassés de la politique traditionnelle,  la liste collégiale  a remporté les élections .

Depuis, un quart des 1 200 habitants participe à la politique locale et à la gestion municipale à travers des commissions et des groupes de travail.

La municipalité veut continuer à élargir le cercle des personnes concernées et, malgré des réticences, associer les habitants aux dossiers les plus ardus, comme le budget ou le Plan local d’urbanisme.

A Saillans, « Le politique, c’est l’habitant, pas l’élu. L’élu est un représentant qui anime le processus. ». « Ici, c’est ouvert à tous. »

 

 « Pas de système pyramidal avec le maire tout en haut »

Le fonctionnement de la municipalité de Saillans repose sur deux grands principes : la collégialité au conseil municipal  et la participation des habitants.

 

Comment ça marche

La collégialité au sein de l’équipe municipale consiste à partager le pouvoir entre les élus et à prendre collectivement les décisions. Elle repose sur :

  • une répartition des compétences et des indemnités de fonction entre tous les élus référents et pas seulement entre le maire et ses adjoints : ce qui permet d’impliquer et de responsabiliser durablement l’ensemble des élus et de reconnaitre le travail fourni par chacun.
  • un travail en binôme (ou trinôme), avec un binôme de tête (maire et 1ère adjointe) et un binôme par compétence (sept compétences identifiées). Cela permet d’éviter les prises de décisions isolées,  de partager les responsabilités et le travail, d’enrichir les réflexions.
  • l’instauration d’un Comité de Pilotage ouvert au public (en substitution au traditionnel Conseil des adjoints) : il constitue l’instance principale de travail et de décision à laquelle participent tous les élus deux fois /mois.
  • des outils informatiques collaboratifs.

La participation des habitants consiste à redonner un contenu concret à la citoyenneté.
Elle s’exerce à travers deux instances :

  • les commissions participatives thématiques : au nombre de sept, elles sont coordonnées par un binôme d’élus référents . Elles regroupent l’ensemble des habitants qui le souhaitent (entre 20 et 60 habitants en moyenne) et visent une réflexion générale, la définition des grandes orientations et l’émergence et la priorisation des actions concrètes à mettre en œuvre.
  • les Groupes Action-Projet : ce sont des groupes de travail pour préparer, suivre et mettre en œuvre une action concrète qui a été définie en commission. Ils regroupent sur une période déterminée, un nombre plus limité d’habitants (6 minimum) et au moins un élu référent.

Parmi les réalisations concrètes des Groupes Action-Projet des premiers mois de mandature, il y a eu la mise en place de la réforme des rythmes scolaires, l’extinction de l’éclairage public la nuit, la conception de panneaux de sensibilisation à la protection de la rivière, la réalisation d’une enquête sociale, le choix du mobilier urbain, la révision du tarif de l’eau…

 

L’implication des habitants: le fondement du fonctionnement

 

L’information et la transparence sont des préalables à la participation des habitants. Ces derniers doivent pouvoir suivre en temps réel l’avancement des dossiers, les difficultés rencontrées, les choix effectués.
Le Comité de Pilotage, qui est l’instance de travail et de décision des élus, est ainsi ouvert au public. Une séance de questions du public est également organisée en fin de chaque Conseil Municipal. Toutes les réunions donnent lieu à des comptes rendus diffusés rapidement et largement.
Des réunions publiques sont également organisées pour les décisions concernant la vie quotidienne des habitants (par exemple, le prix de l’eau potable).
L’information repose sur de multiples supports : le site internet, le livret d’accueil des habitants, les  panneaux d’information dans les quartiers, l’agenda communal mensuel, la Lettre d’Info Municipale.

Afin d’impliquer un grand nombre de participants, de ne pas les lasser, et d’être efficaces, les réunions sont animées avec méthode, par un animateur extérieur aux débats qui peut être un habitant.
Elus et habitants sont sur un pied d’égalité en termes de partage du temps de parole et de poids dans les choix effectués.

 

Le Conseil des Sages, un outil de veille et d’appui à la démocratie participative

Le Conseil des Sages est une instance d’observation et de veille quant à la mise en pratique de la démocratie participative. Il vise à garantir le pouvoir d’agir des habitants  . Il est constitué de 12 habitants : six candidats non élus ou anciens volontaires de la liste « Autrement pour Saillans … tous ensemble », six autres habitants volontaires tirés au sort.

 

Différentes façons de s’impliquer

D’autres façons de s’impliquer et de participer sont valorisées, comme par exemple : aider à préparer une salle de réunion, animer une réunion, relire les écrits de la mairie pour les rendre plus lisibles ou participer à une des nombreuses associations qui font vivre le village…

 

La démarche des habitants et des élus de Saillans est pragmatique et concrète. Elle ne s’appuie pas sur une théorie, un modèle ou une idéologie, mais elle repose sur la pratique et le bon sens. Il n’est pas question de ‘partis politiques’, mais bien de ‘la politique’ comme art de conduire les affaires publiques.
Cette démarche procède par apprentissage et par expérimentation au quotidien. On se permet d’essayer et de se tromper, de recommencer, mais en transparence et en confiance entre élus et habitants.
L’organisation de la gouvernance de la commune de Saillans demeure en constante évolution.

 

La démocratie participative s’oppose bien à ce qui est considéré comme  la démocratie totalitaire qui est souvent une constante dans certaines communes !

 

 

 

 

 

RAD

Vous aimerez peut-être aussi :

1 commentaire sur Saillans, laboratoire de la démocratie participative

  1. Cela fait un moment que j’essaye de suivre cette idée nouvelle, j’ai vu plusieurs reportages et il est vrai que cette nouvelle gouvernance est très intéresssante. Comment participer à la vie de notre commune en étant acteur, chacun à un domaine de prédilection et la concertation n’est-elle pas la meilleure des choses ?

Répondre
Prenez connaissance de la charte de modération des commentaires avant de poster un commentaire.

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*