De l’Art ou du Cochon ?

 

Ces dernières semaines, les candidats aux élections législatives font assaut d’amabilités et de promesses en tous genres pour gagner un strapontin au Palais Bourbon.

A priori les fleurs ne sont pas chères et demain, c’est sûr, on rasera gratis.

 

Attardons nous un instant sur la profession de foi du candidat et le programme du maire de Lamastre, Jean Paul VALLON, dont la personnalité et le parcours politique nous sont bien familiers.

 

1.   Tout d’abord son parcours professionnel :

 

Jean Paul VALLON a 54 ans.

Après avoir fait des études de comptabilité, niveau BTS, il est entré en 1983 à la minoterie SÉGUY de Lamastre (une dizaine de salariés), où il s’est occupé de la facturation, sous la direction de Léon Minodier.

 

 

 

Lorsque M. SÉGUY a fermé la minoterie de Lamastre, en 1992, pour se recentrer sur son activité d’aviculteur à Bollène (l’usine toujours opérationnelle compte une cinquantaine de salariés), Jean Paul VALLON n’a pas suivi le personnel lamastrois qui y a été délocalisé.

Grâce à la médiation de Maurice Poyet, maire de Lamastre et d’Henri LAROUX, conseiller général, il a été embauché en 1992 comme agent contractuel au district urbain d’Annonay, dont le président était alors Dominique Chambon. Il a ensuite été embauché à la mairie d’Annonay en tant qu’agent administratif (cadre C de la fonction publique).

 

Depuis 1995, il est en position de détachement de la fonction publique.

 

2.   … Et politique :

En 1989, Maurice POYET lui demande de faire partie de sa liste aux municipales. Il est élu, puis désigné adjoint, chargé des finances. Il a 27 ans.

 

En 1995, il se présente aux élections municipales en concurrence avec la liste BOUIT et la liste POYET. Le fils trahit le père !!!

 

Maurice POYET ne réunit pas le nombre de voix nécessaire pour être reconduit. Les listes Poyet et Vallon fusionnent et gagnent l’élection pour… 2 voix de plus face à la liste Bouit. Jean Paul VALLON est élu  maire de Lamastre.

 

En 1998, il devient Conseiller Général à la place d’Henri LAROUX.

En 1999, il devient président du SIVOM de Lamastre, puis à partir de janvier 2009, président de la communauté de communes du pays de Lamastre.

 

En 2014, son opposition à la fusion des territoires (loi NOTRe) ne l’empêche pas de se présenter à la fonction de conseiller départemental sur le « grand » canton qui réunit les anciens cantons de Lamastre, Saint Félicien et Satillieu. Son binôme est Laëtitia BOURGEAT, maire de Vaudevant.

 

A cette occasion, il provoquera le désistement du conseiller général de Saint Félicien, Jean Paul CHAUVIN, qui avait obtenu l’investiture LR.

La chance sourit à ceux qui transgressent les règles!!!

 

3.   … Quelques observations :

 

Après un bref passage dans le privé, voilà donc 28 ans que Jean Paul VALLON est entré en politique.

 

 

 

Ce n’est pas un perdreau de l’année : il connaît parfaitement les arcanes du « système » auquel il prétend ne pas appartenir.

Il ne peut pas revendiquer une quelconque « virginité » politique et pas davantage incarner le renouveau et l’alternance.

 

Il faut lui reconnaître deux qualités importantes en politique : la ténacité et la chance.

  • Ténacité pour défendre sa place, ses prébendes et ses émoluments d’élu.
  • Chance insolente, car depuis 1995, l’apathie et le désintérêt de la chose publique parmi la population lamastroise jouent manifestement en sa faveur.

 

Jean Paul VALLON a essayé d’obtenir l’investiture Les Républicains pour se présenter à ces élections législatives. Elle lui a été refusée. Le parti a préféré adouber Marc Antoine QUENETTE, conseiller départemental d’Annonay.

 

 

Il se présente donc à ces élections législatives avec l’étiquette Divers droite mais aucun parti et aucune personnalité élue ou appartenant à la société civile ne veut le soutenir.

 

Ses déboires judiciaires et sa réputation d’homme politique autoritaire et déloyal à l’égard de ses pairs ont manifestement dépassé les frontières du canton. Retour logique à l’envoyeur : il n’est pas le seul à avoir la rancune tenace.

 

On notera que son binôme au Conseil départemental, Laetitia BOURGEAT, ne lui apporte pas son soutien : elle a préféré déclamer sa flamme à la candidate d’En marche et à son suppléant Jean Paul CHAUVIN ! C’est le comble en terme de rejet du personnage ! 

 

« Ma candidature s’inscrit donc dans le but de rassembler… ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est mal parti.

 

4.   Ensuite, le bilan de son action à Lamastre et dans le canton :

 

On peut affirmer, sans être  outranciers, que jamais la ville de LAMASTRE et peut être aussi son canton, mis à part Désaignes, n’ont connu une débâcle économique, sociale et culturelle aussi dramatique que celle de ces 20 dernières années.

 

 

 

Rappelons-nous les propos tenus par Laurent WAUQUIEZ le 20/01/2010, au lendemain de sa visite d’inauguration à l’hôpital de LAMASTRE : « Lamastre a connu la plus forte augmentation du chômage dans le département entre 2000 et 2008 » (extraits du Dauphiné libéré).

 

Pour parfaire le tableau, relevons aussi que Lamastre a été classée « ville la plus pauvre de Drôme Ardèche dans sa strate démographique » (article de L’express – Octobre 2010).

 

Enfin, on observe que la ville a perdu 335 habitants entre le recensement de 1990 (2717 habitants) et celui de 2014 (2382 habitants), soit moins 13%.

 

Nous n’avons aucun écho, positif ou négatif, de ce qu’il a fait ou n’a pas fait dans le canton « actuel ».

 

 

La gestion VALLON ne recueille donc aucun satisfécit !

5.   Voici quelques « perles » extraites de sa propagande électorale que nous nous proposons de commenter par rapport à la réalité sur le terrain :

  • Jean Paul VALLON veut : « libérer les entreprises du carcan fiscal et des normes, simplifier les démarches administratives et supprimer les règles et les normes insupportables » (extraits de sa profession de foi).

RAD : nous avons déjà produit plusieurs articles sur son comportement étrange à l’égard des entreprises locales. Ils témoignent d’une habitude chez lui à entraver leur développement, leurs projets et à les submerger de procédures juridiques payées par le contribuable.

Le lecteur pourra se reporter aux articles suivants:

Les-feuilles-mortes-se-ramassent-à-la-pelle

Les-abattoirs-de-Lamastre

La-zone-artisanale-de-Nozières

 

Nous ajoutons aujourd’hui un autre exemple à celle liste malheureusement non exhaustive : il s’agit du sort de l’entreprise de formation CEFORA de Lamastre.

CEFORA est un réseau d’entreprises coopératives implantées à Tournon, Guilherand Granges et jusqu’en 2017, à Lamastre. Son domaine d’intervention est celui des besoins en formation professionnelle à destination des particuliers, des entreprises ou des collectivités locales.

Le site de Lamastre comptait 5 salariés. Depuis plusieurs années, sa directrice demandait à la mairie de mettre à sa disposition des locaux plus adaptés que ceux qu’elle occupait au 6 avenue de Tournon. En vain.

En désespoir de cause, elle s’est adressée à la mairie de Vernoux qui a répondu favorablement à sa demande.

(Dauphiné Libéré du 18/04/2017) – (clic droit: agrandir l’image)

 

Pourquoi ce qui est possible à Vernoux et ailleurs ne le serait pas à Lamastre ?

Il n’y a pas de fatalité à la débâcle économique de Lamastre. Il n’y a qu’une absence de volonté.

 

  • Jean Paul VALLON veut : « maintenir nos services publics en milieu rural » (extraits de sa profession de foi).

RAD : Il faut noter en premier lieu que Jean Paul VALLON a sollicité l’investiture LR qui prévoit la suppression de 500000 postes de fonctionnaires. Comment peut-on prétendre maintenir les services publics et restaurer l’autorité de l’État dans tous ses domaines d’intervention en soutenant une telle saignée dans les effectifs ?

 

Ensuite, l’implantation des services publics va probablement être calquée sur celle des communautés de communes.

En montant et soutenant la cabale contre la loi NOTRe et le projet de fusion des communautés de communes de Lamastre, Saint Félicien et Satillieu, Jean Paul VALLON a non seulement dramatiquement isolé et condamné la pérennité de sa petite communauté de communes, il a aussi et sans aucun doute condamné le maintien de plusieurs services publics sur ce territoire.

 

 

  • Jean Paul VALLON veut : « soutenir notre agriculture et nos productions locales, augmenter la part du bio et des produits du terroir dans la restauration » (extraits de sa profession de foi).

RAD : On a pourtant vu qu’il n’a pas hésité à fermer l’abattoir de Lamastre, mettant ainsi en péril toute une filière.

Lire Les-abattoirs-de-Lamastre

 

L’atelier de découpe aurait pu être une des pierres angulaires du « produire et consommer local » et du développement des très nombreux emplois non délocalisables qui y sont liés. Les atouts reconnus de notre territoire agricole ne sont absolument pas appréhendés par notre conseiller départemental, contrairement à ce qui se passe aujourd’hui dans les cantons voisins.

 

 

Il y a très loin des paroles aux actes chez Jean Paul VALLON !

 

  • Jean Paul VALLON veut : « stopper le processus de disparition de nos communes à cause de la loi NOTRe portée par le député sortant (PS) » (extrait de sa profession de foi).

RAD : La France compte actuellement près de 36000 communes, c’est à dire autant que toute l’Europe réunie ! On est donc bien loin du scénario catastrophe qu’il évoque.

Le regroupement des communautés de communes procède d’une volonté de simplifier le mille-feuille administratif, de limiter le nombre d’élus, de faire des économies et de donner plus de moyens financiers aux décideurs locaux. En aucun cas, il s’agit de supprimer les communes qui restent le socle de la démocratie.

Lire à ce sujet: Nombre-d’élus-l’autre-mille-feuille-français.

 

La loi NOTRe a été votée par les députés de droite ET de gauche.

 

 

 

Jean Paul VALLON n’a cessé de critiquer cette loi et l’incohérence du territoire couvert par les 3 communautés de communes que le Préfet proposait à la fusion : Lamastre, Saint Félicien et Val d’Ay.

 

Doit-on lui rappeler qu’il a tout fait pour être élu conseiller départemental de ce même territoire depuis 2014 ?

Par contre, il est presque certain que la bataille pour la présidence de cette grande communauté de communes lui aurait échappée si le projet avait été maintenu.

 

  • Jean Paul VALLON veut : « mieux considérer les bénévoles du monde associatif qui contribuent à la cohésion nationale et les soutenir dans les manifestations et les activités à l’échelon local » (extraits de sa profession de foi).

RAD : Voici quelques exemples de l’enthousiasme « délirant » de Jean Paul VALLON pour le monde associatif.

Selon une étude menée par l’ADDIM (service musique et danse du conseil général de la Drôme) et par la FIDMA (fédération interdépartementale des musiques actuelles), le festival de musique « Lamastre en scène », était un des « évènements musicaux les plus importants en Drôme Ardèche » de 1998 à 2004.

 

Cet événement majeur était organisé par l’association « Lamastrock » qui réunissait 4 emplois directs, 20 musiciens intermittents et 350 bénévoles. En 7 ans, le festival totalisait 57500 entrées. Il générait 200000 euros de retombées financières chaque année dans le commerce local et constituait un formidable vecteur de découverte des atouts touristiques locaux.

 

 

 

En 2005, Jean Paul VALLON, qui ne supportait pas le bruit et les déchets, a décidé d’interdire le festival alors que les organisateurs avaient proposé toute une série de mesures pour le sécuriser.

Depuis cette année, l’association ne se produit plus à Lamastre.

Autre exemple : le Conseil Départemental aurait accordé une subvention de 4000 euros à la commune de Desaignes pour l’organisation du trail « L’Ardéchois », à condition que la communauté de communes de Lamastre participe aussi à hauteur de 1000 euros. Jean Paul VALLON n’a pas voulu:  5000 euros perdus pour un événement sportif majeur !

 

  • Jean Paul VALLON : « L’Ardèche est connue pour son cadre de vie exceptionnel qu’il faut préserver, tout en développant les activités touristiques. Je veux respecter les spécificités de chaque commune et veiller à un aménagement harmonieux de nos espaces naturels et agricoles. Je veux encourager les projets touristiques qui font la renommée de notre territoire »

RAD : Le respect de l’environnement et du cadre de vie de ses concitoyens n’est certainement pas le cheval de bataille de Jean Paul VALLON. En voici la preuve.

 

Depuis 2003, il a fait le maximum pour qu’une carrière industrielle de granulats exploitée par l’entreprise ROFFAT de Mercurol s’installe à 200 m de la ville. Et voici le résultat aujourd’hui !

Le projet en lui même est indéfendable : le site est visible d’un bout à l’autre de la ville, les nuisances visuelles et sonores sont inévitables, le nombre d’emplois crées (2) est dérisoire par rapport à ceux qui vont disparaître du fait de la perte d’attractivité du territoire qui vit en grande partie du tourisme (Lamastre est la 2ème destination touristique du nord Ardèche et le terminus du train touristique du Vivarais). Il faut y ajouter la dévalorisation future du foncier et de l’immobilier.

 

L’implication de Jean Paul VALLON pour que ce projet voit le jour est prodigieuse, stupéfiante et surtout troublante.

 

Après avoir obtenu de son conseil en 2003 la reclassification des terrains, il le fait voter une 1ère fois en faveur du projet le 27/10/2005 puis une 2nd fois en 2013.

Il communique fréquemment par voie de presse ou de bulletin d’information municipale sur les travaux de voirie réalisés « grâce » à la carrière ROFFAT ou sur les économies induites.

 

Pour 2 emplois, Jean Paul VALLON n’a pas hésité à détruire le cadre de vie de ses administrés et à hypothéquer l’avenir économique de sa commune.

 

A notre connaissance, ce sont d’ailleurs bien les seuls emplois qu’il aura créés à Lamastre en 28 ans de gestion.

La carrière ROFFAT divise la population lamastroise depuis 15 ans. C’est l’affaire majeure de la gestion VALLON. Nombre de décisions et d’évènements regrettables y semblent directement liés.

 

 

  • Jean Paul VALLON : « La solution, c’est VALLON. Je veux être votre député car je souhaite que l’Ardèche soit dignement représentée à l’Assemblée Nationale avec pour seul objectif la défense de nos communes, de notre terroir, de nos entreprises et de notre cadre de vie. Jean Paul VALLON, le seul candidat de l’alternance ».
  • Son suppléant : « J’ai décidé de m’engager aux côtés de Jean Paul VALLON car je suis très attaché aux valeurs de tolérance, de respect et de solidarité, essentielles pour l’avenir de notre circonscription et des jeunes générations ». 

 RAD : Voilà un slogan de bonne tenue qui révèle la haute idée que son auteur a de lui même, les autres candidats étant bien entendu indignes de la fonction. Par charité chrétienne, nous ne nous attarderons pas davantage.

 

Nous invitons M. VALLON à s’abstenir de donner des leçons de dignité à ses adversaires et d’ailleurs à qui que ce soit !

 

Faut-il rappeler sa récente condamnation pour dénonciation calomnieuse à l’encontre d’une de ses administrés qui a été prononcée par le tribunal correctionnel de Privas ?

 

Faut-il rappeler son comportement à l’encontre des maires frondeurs tels celui de Nozières qui, pour ne pas avoir voté le budget de la communauté de communes en 2011, a vu ses travaux de voirie bloqués pendant 2 ans ?

 

Faut-il rappeler son entêtement à ne pas respecter la loi, à discriminer certains de ses administrés, à prendre la justice de « haut », ce qui a conduit le conseil constitutionnel à invalider le résultat du 1er tour de l’élection présidentielle à Lamastre ?

 

La liste ci dessus des affaires dans lesquelles il a brillé par son comportement clivant n’est pas exhaustive *

 

S’agissant de son suppléant, ses propos lénifiants sont sans doute inspirés par la jeunesse et l’inexpérience.

 

Le lecteur aura compris que glisser dans l’urne un bulletin de vote Jean Paul VALLON équivaudrait à prononcer la condamnation économique de la circonscription, à l’identique de ce que subit depuis plusieurs années la ville de Lamastre.

 

Il a écrit « Ceux qui me connaissent savent que je vais jusqu’au bout de mes idées ». Effectivement, les affaires ci-dessus en sont un exemple affligeant.

 

Reprenons à notre compte les propos d’un élu du canton de Saint Félicien : « M. VALLON est un briseur de projets ».

 

PS : pour toute correspondance avec le candidat, n’adressez pas votre courrier au 15 place Rampon à Lamastre, comme indiqué sur sa profession de foi. Le facteur ne pourrait pas le distribuer car il ne s’agit pas de son domicile mais d’un local désaffecté. Il habite en fait chez ses parents à Monteil 07270 LAMASTRE.

 

* Tous les faits énoncés par RAD  sont largement documentés et prouvés.

 

RAD

 

Vous aimerez peut-être aussi :

8 commentaires sur De l’Art ou du Cochon ?

  1. Je dirai même plus…
    Ce qui me choque le plus dans la campagne de ce candidat est son volet sécurité où il veut “armer la police municipale” et “développer la vidéo-surveillance”, comme si il était évident que nous ne sommes pas en sécurité dans nos villages et qu’une attaque terroriste pourrait arriver…
    Jouer avec ces propos qui rallient sûrement des idées reçues extrêmes et fâcheuses me donne la nausée.
    Nous vivons dans une des régions les plus préservées de tous ces dangers, ma voiture est presque jamais fermée à clef, même en ville; je ne vois quasiment pas d’agressions chez nous et pas l’ombre d’un extrémiste. Si vous croyez qu’un attentat va avoir lieu dans nos contrées, je vous prendrai pour un grand paranoïaque et c’est sûrement que vous devez vous soigner rapidement…
    Quant à l’éventualité de voir un garde-champêtre avec un “Police Rurale” inscrit dans le dos de son uniforme porter une arme dans un petit village comme le nôtre, je trouve cela complètement déplacé et me met en insécurité. Comment fourvoyer des armes d’intolérance en prônant des valeurs républicaines, dans quel monde vivons-nous ??
    caméra-vidéo-surveillance

  2. un travail très sérieux que je veux souligner et apporter mon soutien à RAD.
    porter à la connaissance des lecteurs les pratiques et agissements du maire de Lamastre est un devoir.

    j’ajoute à l’isolement de mr vallon , la candidature de son suppléant de la dernière chance puisque contacté seulement 4 jours avant la clôture des candidatures aux législatives

    • Même sa suppléante au conseil départemental Brigitte MARTIN, ne le soutient pas. Elle a choisi QUENETTE!
      Mais ce sera carton plein à Lamastre, comme dab.
      Au pays des aveugles, il guérit les paralytiques, chasse les démons et ressuscite les morts!

  3. Merci pour votre site de liberté.
    Je rajouterai la perle suivante :
    Jean Paul Vallon écrit : « nous serons à votre écoute car nous sommes très attachés à la discussion et au respect des idées de chacun »
    A priori il ne connait pas la définition des mots « écoute, discussion et respect », nous en avons eu des exemples ces dernières semaines.

  4. Quel “livre noir” de la gouvernance Lamastroise et pourtant, ce livre noir est loin d’être complet. Mais est il besoin d’en ajouter ? Les faits documentés dans ce texte suffisent largement à discréditer l’homme.
    La question que je me pose depuis des années est : comment est-il possible que ce prototype de politicard insaisissable avec son bilan “Lamastre – désastre” arrive à être réélu ?
    Encore plus surprenant : Comment est-ce possible que ces gens de son équipe, qui semblent à première vue tout à fait normaux et raisonnables, puissent s’abaisser à ce point à fournir à leur maitre des témoignages délirants contre Mme Buccaille, conseillère municipale d’opposition ? Moyens de pression ou simplement soumission absolue ?
    J’étais à la réunion publique à Tournon et j’ai été stupéfait d’entendre les propos de M. Vallon qui sont en complète contradiction avec son comportement sur place. Est-ce une partie de l’explication : plus c’est gros mieux ça passe ?
    Quelle idée absurde d’envoyer un tel personnage à l’assemblée nationale pour représenter les citoyens de cette circonscription.
    D’ailleurs, je ne crois pas une seconde au sérieux de sa candidature. Il n’est pas con à ce point là, il sait qu’il n’a aucune chance d’être élu. Je pense plutôt à un mobile bien expliqué dans l’article sur ce site sous le titre “Législatives: Vos voix valent aussi beaucoup d’argent …”

  5. Voilà un bel article ! Il ne sera pas élu Député, à part Lamastre et quelques communes autour ou il obtiendra peut être quelques voix qui lui permettra d’arriver en sixième ou septième position dans le résultat de la circonscription. Son incompétence est connue dans tout le département de l’Ardèche et bien au delà. Pour J.P Vallon c’est le début de la grande descente; ni la droite républicaine ni la gauche, ni les marcheurs pour Macron et les insoumis avec Melenchon ne le regretteront. Une bonne partie des lamastrois se réjouirons de sa chute.

Répondre
Prenez connaissance de la charte de modération des commentaires avant de poster un commentaire.

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*