Triplette d’ongulés sur les marches du Palais …

 

Ce mardi 18 juillet, trois sangliers ont été trouvés morts sur les marches de la mairie de Lamastre, proprement occis, pour ainsi dire décédés de mort violente.

sanliers DL

(“Lamastre – Des Militants font une surprise à la mairie” – Dauphiné Libéré du 20 juillet 2017- Vous pouvez agrandir le texte avec le + du zoom)

 

Ce fait d’armes est à mettre au crédit de la « Coordination Rurale 07 » qui n’en n’est pas à son coup d’essai (en juin, des sangliers avaient été déjà déposés de la sorte).

 

Ce syndicat agricole veut :

 

  • Dénoncer les saccages causés par les sangliers sur les cultures.
  • Dénoncer l’inertie des experts chargés d’estimer le coût des dégâts.
  • Demander l’autorisation de chasser le sanglier toute l’année pour en limiter la population.

 

Le canton de Lamastre est particulièrement visé car il abriterait une des plus fortes populations de bêtes rousses du département.

 

 

 

Voici le texte publié sur son site Internet le 18/07/2017 (Coordination rurale – sangliers – nouvelle action CR 07)

 

Monsieur VALLON répond qu’il n’a pas eu connaissance de dégâts sur des cultures dans sa commune et qu’il ne comprend pas le sens de cette action qui, de plus, le contrarie en raison des risques sanitaires qu’elle comporte.

 

Décidément, nos amis les bêtes ne sont pas à la fête à Lamastre…

 

On a connu les déboires de la famille Moustachu accusée de vagabonder dans le dépôt à ciel ouvert des ordures ménagères de la ville.

 

On a pleuré (abondamment) sur le sort d’Alfred le chien dit « tronche en biais ». « Dites, m’sieur le juge, on ne distinguait pas sa tête de sa queue ».

 

Avant de voir débouler sur la place publique l’âne Gris-gris, la chèvre Barbichette, Panpan le lapin, Coin-coin le canard, l’oie Sidonie et d’autres, l’édile va pouvoir gémir sur le sort de la famille DUBONGROIN.

 

Le bestiaire s’étoffe. C’est une ménagerie !!!

 

Plus sérieusement, quels enseignements tirer de cette affaire ?

 

  • Tout d’abord que la réaction des intéressés est compréhensible. Si les faits dénoncés par la CR 07 s’avèrent exacts, il est effectivement anormal, compte tenu du contexte, que les expertises trainent en longueur, privant ainsi les agriculteurs concernés de la possibilité de moissonner. Le monde agricole, spécialement sur nos territoires, supporte assez de contraintes pour qu’on ne lui en rajoute pas.

 

  • Ensuite qu’il y a manifestement un problème de surpopulation de sangliers, voire de grand gibier tout court, dans certaines parties du département. Un rapport réalisé en 2007 par le ministère de l’Agriculture a démontré cette surpopulation de sangliers en Ardèche. Demander que l’on puisse chasser le sanglier toute l’année n’est peut être pas une demande dénuée de bon sens. Et ce ne sont pas nos amis chasseurs qui s’en plaindraient.

 

  • Enfin, que Monsieur VALLON élude le problème et se cantonne dans une attitude défensive habituelle.

 

Il répond : « Je n’ai pas constaté de dégâts dans ma commune ».

 

Peut-être est ce le cas, peut être pas. Là n’est pas le problème.

Il est interpellé par le Président de la CR 07 en tant qu’élu départemental, disposant sur le territoire qu’il administre d’une des plus fortes populations de sangliers du département. A ce titre, il se doit au minimum d’interpeller ses collègues élus et les responsables administratifs du département.

 

Il ne lui est rien reproché, du moins pas que l’on sache à ce stade de l’affaire.

Il lui est simplement demandé d’agir.

 

Il déplore le procédé et de prétendus risques sanitaires. Mais que ne porte-il pas plainte puisque les responsables se sont clairement identifiés ?

On l’a connu beaucoup plus prompt à saisir la justice contre des particuliers ou des entreprises pour des faits complètement anodins et bien moins médiatisés.

Faut-il les rappeler ici ?

 

Serait-il plus compliqué de s’attirer les foudres du monde agricole ?

 

RAD

 

Vous aimerez peut-être aussi :

1 commentaire sur Triplette d’ongulés sur les marches du Palais …

  1. Très bien votre analyse de la situation. En temps que paysan, sans vouloir cautionner l’action, je la comprends: certains sont exaspérés vis à vis des dégâts à plusieurs reprises. J’ai fait remarquer en conseil municipal les préjudices que la profession supporte et aussi, malheureusement forcée de supporter les réactions de notre édile local “vous pleurez pour demander des subventions ” comme d’ habitude, je m’aperçois que notre élu ne comprend pas tout

Répondre
Prenez connaissance de la charte de modération des commentaires avant de poster un commentaire.

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*