L’enseignement musical va disparaître de notre territoire : la communauté de communes du pays de Lamastre l’a décidé !

 

Silence, on ferme …

La Communauté de communes du Pays de Lamastre en a décidé ainsi: L’enseignement musical va disparaître de notre territoire !

 

Cet article proposé par un lecteur et publié ce 5 janvier, est abondamment lu et a suscité de nombreux commentaires.

 

Nouveau:

 

Les « Actualités du Mézenc », dans disparition-de-l’enseignement-musical-à-Lamastre, nous apprennent que « la communauté de communes Val’Eyrieux travaille actuellement, avec sa commission culture, sur un projet de reprise (de l’enseignement de la danse et de la musique) et a délibéré sur un accord de principe (Conseil communautaire du 6 décembre 2021). Elle espérait même qu’il y ait un possible rapprochement avec la communauté du Pays Lamastre… ! (Conseil communautaire du 6 juillet 2021) ».

On comprend mieux les termes de la communauté de communes du Pays de Lamastre « de ne pas reprendre ou rejoindre l’antenne d’Ardèche musique et danse de Lamastre ainsi que toute école de musique et de danse que ce soit et de ne pas adhérer ni participer financièrement à un quelconque syndicat ou structure dans le domaine de la musique et de la danse »
Nos élus communautaires ont ainsi fermé la porte à TOUTE NÉGOCIATION et DÉCIDENT D’UNE FERMETURE DÉFINITIVE de l’enseignement musical et de la danse sur leur territoire et des emplois qui y sont attachés !

Pour mémoire:

la réorganisation intercommunale de l’offre d’Ardèche Musique et Danse s’inscrit  dans le prolongement des concertations menées par le Département au printemps 2018 auprès des élus locaux.

La Chambre Régionale des Comptes Auvergne-Rhône-Alpes dans son rapport d’observations définitives dressé en janvier 2019 fait le  constat de la fragilité financière du  Syndicat Mixte du Conservatoire en tant que collectivité et partant, le risque de sa dissolution brutale.

 

En octobre 2020, le comité syndical du  Syndicat Mixte Ardèche Musique et Danse fixe l’arrêt des services du Conservatoire au 31-12-2023.

 

C’est ainsi que, dotée d’une antenne,  la Communauté de Communes du Pays de Lamastre a été sollicitée pour reprendre les activités Musique et Danse sur son territoire.

En l’absence de dialogue, le Syndicat Mixte a alerté en décembre 2020 le Président de la Communauté de communes de Lamastre sur le risque encouru à ne pas engager le travail de réorganisation.

Un courrier a également été adressé aux maires afin de les convier à une réunion d’information.

 

En conférence des maires du 2 décembre 2021, ces derniers ont émis un avis défavorable à la reprise de cette antenne.

 

 

Le Conseil Communautaire réuni le 14-12-2021 à la mairie de Saint-Basile a décidé :

  • de ne pas reprendre ou rejoindre l’antenne d’Ardèche musique et danse de Lamastre ainsi que « toute école de musique et de danse que ce soit ».
  • de ne pas adhérer ni participer financièrement à un quelconque syndicat ou structure dans le domaine de la musique et de la danse.

 

Naturellement le débat est nécessaire et s’ouvre à plusieurs niveaux :

Rôle et pouvoirs de la conférence des maires, créée par la loi Engagement et proximité de 2019, quelle légitimité représentative reconnaître à ces lieux de décision loin des besoins et attentes de la population mais constitués d’élus communaux qui jamais n’ont soumis aux urnes pour les municipales des projets de destruction de développement culturel.

 

  • Nous attendons impatiemment la formulation par le vice-président aux affaires culturelles de la Communauté de la définition d’un projet culturel de territoire durable à l’échelle intercommunale, en s’articulant à d’autres enjeux culturels.
  • Le Département, par la mise en œuvre d’une convention, continuera d’accompagner financièrement les territoires dans cette transition ; mais l’aide diminuera si les réponses des territoires tardent à se manifester (d’autant que d’autres Communautés, telle Val’Eyrieux, se sont positivement engagées dans la démarche et peuvent bénéficier dès lors d’une « part de gâteau » qui ne sera pas négligeable ! Financiers, à vos calculettes.
  • La communauté de communes du Pays de Lamastre dispose d’une compétence exclusive en matière de Développement et aménagement social et culturel (construction, aménagement, entretien, gestion d’équipements ou d’établissements culturels, socio-culturels, socio-éducatifs ou sportifs.
  • Mettre les habitants au cœur des projets d’éducation, de pratiques et d’enseignements artistiques et conforter le déploiement de projets intergénérationnels de territoire dédiés à l’éducation, aux pratiques et aux enseignements artistiques : une nécessité.

 

Pour conclure, provisoirement, relisons le compte-rendu du Conseil Communautaire, figurant dans un hebdomadaire local bien connu, du 23-12-2021 : L’intercommunalité, après discussion (!), ne compte pas reprendre l’antenne de l’école de musique départementale. Le nombre d’élèves …., la participation des communes …

De plus, aucun des élèves ne rejoint le collectif, comme la fanfare de Lamastre, qui elle possède des instruments et pourrait former des musiciens.

 

Quelles perspectives pour tous !  Quel projet global et transversal !

 

NB : Ayant toute sa place dans la vie locale, la fanfare de Lamastre, à ce jour, ne forme pas de musiciens novices; les sociétés musicales sont souvent un soutien du pouvoir en place. Sans directement rentrer dans la vie politique, elles prennent souvent le maire de la ville pour président d’honneur, et celui-ci sait qu’il demandera le concours de la société pour les cérémonies publiques. Une forme d’entente commune servant les deux « camps ».

Il est vrai également que la prestation d’animation musicale quelques jours par an par des groupes professionnels de qualité (où ont-ils été formés, d’ailleurs) semble suffire en complément d’une politique culturelle locale…

 

Et bien, « y’a du boulot » !

 

Jérome habitant du canton

 

10 commentaires sur L’enseignement musical va disparaître de notre territoire : la communauté de communes du pays de Lamastre l’a décidé !

  1. Qu’est-ce qui leur a pris à nos élus locaux ?
    Mais quand on y réfléchit, leur décision s’inscrit dans l’air du temps. Les divertissements devenant de plus en plus restrictifs, voire interdits : pas question de songer à apprendre la danse, la musique ou un quelconque instrument dans une école digne de ce nom ! ? C’est un plaisir/loisir qui faisait partie du monde d’avant, il faut croire. Comment se fait-il qu’aucun élu n’ait proposé de faire un sondage auprès des parents d’élève ou des communes concernées avant de supprimer cette antenne ?
    Mais peut-être n’ai je pas tous les tenants et les aboutissants de ce dossier…ou les priorités sont-elles ailleurs ? Si quelqu’un peut m’éclairer.
    Merci

  2. L’éducation artistique : une nécessité
    Extrait de la revue : Nous Voulons Lire ! (n°136)
    Par Héliane BERNARD, rédactrice en chef de la revue Dada

    La civilisation et les modes de vie qui se mettent en place en ce début de IIIe millénaire, en tout cas en Europe, donnent des temps libres, des loisirs. Il faut apprendre à « gérer » ce temps. L’art, les arts ont un grand rôle à jouer, une place prépondérante à occuper pour savourer ces temps, les remplir, les nourrir. Il faut donc familiariser les plus jeunes. Il semble urgent, urgentissime même, de leur ouvrir les portes de l’art et de la culture, de la maternelle à la terminale. L’enfant est par essence avide d’apprendre, avide de créer : encore faut-il lui donner les clés, encore faut-il le mobiliser, le rendre actif, l’encadrer, lui donner du plaisir, des curiosités. Le tirer vers le haut. Éveiller le goût, susciter des passions. Éduquer le jugement à travers musique, peinture, théâtre, danse. « C’est par l’aurore que l’on va de la nuit à la clarté » ! Pour le soustraire, en plus, à l’abrutissement des programmes audiovisuels pauvres, au laminage terrifiant des personnalités, en lui offrant autre chose.
    Dans toutes les civilisations qui ont brillé, les arts étaient enseignés comme des matières essentielles à l’esprit et à la construction de l’homme. Comme on apprend à lire, à écrire, à compter pour participer à la vie de la communauté, il faut apprendre l’art, pas à pas. Lorsqu’au Moyen Age, on a enseigné les Arts Libéraux, la plus haute valeur était donnée à la musique qui enrichit l’âme. Bien sûr, on ne parlait pas de citoyen, mais de parfaire l’éducation, de donner les clés d’un accomplissement. Quel que soit le mot qui est employé, élever un être humain vers des valeurs qui ne soient pas seulement matérialistes, c’est l’inscrire solidement dans la communauté, c’est l’inciter à participer à la vie de cette communauté, l’engager dans la vie sociale, le valoriser, l’individualiser. L’art, les arts y conduisent plus que tout autre moyen, parce qu’ils enseignent la liberté de l’esprit et du corps, ils libèrent, ils donnent la joie.
    L’art fait partie de la vie. Il ne peut être réservé à une élite. Il apprend l’art de vivre, il apporte des joies profondes – être heureux participe aussi de la formation – , il donne les outils d’observation, de réflexion, d’ouverture, des outils indispensables à nos futurs citoyens.

  3. Voir la publication de « actualités du Mézenc » http://mezenc-actualites.hautetfort.com/archive/2022/01/06/disparition-de-l-enseignement-musical-a-lamastre-ardeche-6358898.html qui indique:
    « La communauté de communes Val’Eyrieux travaille actuellement, avec sa commission culture, sur un projet de reprise, et a délibéré sur un accord de principe (Conseil communautaire du 6 décembre 2021). Elle espérait même qu’il y ait un possible rapprochement avec communauté du Pays Lamastre… ! (Conseil communautaire du 6 juillet 2021) ».

    On comprend mieux les termes qui figurent sur le compte rendu de la réunion du 14-12-2021 de la communauté de communes du Pays de Lamastre « de ne pas reprendre ou rejoindre l’antenne d’Ardèche musique et danse de Lamastre ainsi que « toute école de musique et de danse que ce soit et de ne pas adhérer ni participer financièrement à un quelconque syndicat ou structure dans le domaine de la musique et de la danse »
    Nos élus communautaires ont ainsi même fermé la porte à TOUTE NEGOCIATION..

  4. Oui, la visite du site
    { https://www.valeyrieux.fr/ }
    de la Communauté de Communes Val’Eyrieux vaut le détour:
    – le site existe (la Communauté de Lamastre n’en possède pas)
    – on profite d’une information tout azimut, transparente, abondante
    – les Elus et leurs domaines de compétences sont clairement identifiés, dont la vice-présidence aux affaires culturelles pour ce qui nous importe actuellement
    – les projets, les instances de concertation sont exposés et incitent à la participation
    – les actions sont évaluées, primordial

    A quand, une telle initiative par chez nous? C’est misérable de médiocrité et pléthorique de clanisme.
    Vraiment, la Communauté de Lamastre eut été inspirée de prendre l’attache de celle de Val’Eyrieux; cela ne l’engageait nullement.
    On l’aurait même félicitée.

    On peut souhaiter aux membres et collaborateurs de la Communauté de Lamastre, en ces temps de bonnes résolutions d’année nouvelle, un peu de dynamisme, de créativité, de tonicité, d’imagination et même d’empathie pour nous autres, les sans-grades.
    Au fait, en parlant de grade, le nouveau Chef de Cabinet en Mairie de Lamastre pourrait peut-être amener un peu d’eau au moulin; à ce niveau de puissance et de responsabilités, il est susceptible d’être force de proposition!

  5. Guy, je vous rejoins : « dans toutes les civilisations qui ont brillé », les arts étaient considérés comme essentiels. La Communauté de Lamastre, en ce début 2022 se ressaisira-t-elle pour briller dans ce domaine ou se maintiendra-t-elle dans l’ombre ?
    Je me demande encore comment tous les maires du coin peuvent adhérer à de telles décisions ?
    Racontez le à vos enfants, petits et ados ; ils sont en capacité de comprendre le pourquoi du comment.
    Bon dimanche !

  6. A la communauté de communes de Lamastre on connait la musique, on a le chef d’orchestre et ses instruments et ils jouent tous la même partition c’est le chef qui donne le la et pas question de bémol !

  7. Mais ne sont-ils pas payés pour justement ne pas jouer la même partition…en étant les porte-voix de TOUTE la population concernée ???
    Je ne connais pas le fonctionnement d’une réunion de la COM’COM, mais le rôle des membres est-il de se contenter de se taire et de gober tout ce qui leur est présenté, sans en débattre ???
    VIVE LA DEMOCRATIE !!!

  8. Silence, on continue de fermer.
    Communes, Communauté de Communes, SCOTT, Bassin de vie (!), Conseil Départemental ..
    On retrouve partout et toujours les mêmes figurants immuables(adjoints, vice-présidents).
    On retrouve les mêmes godillots, muets et fidèles: une seule tête!
    Ils nous représentent mais ne nous demandent jamais notre avis; normal, eux, ils savent mais ne rendent pas de compte. Nous, on gêne.
    On a même nommé à Lamastre un Surveillant Général à l’ancienne, fidèle dans l’ombre; imaginez que les godillots se prennent à penser.
    Pour mémoire, la participation annuelle totale des communes de notre Comcom pour l’école de musique est d’environ 28000 € (toutes communes confondues); le salaire du Surgé sera de 48000 € par an (pour la seule commune de Lamastre). Non, vous ne rêvez pas.
    Tous veulent rendre attrayant le territoire à grand renfort de réunions prestigieuses mais ronronnantes; jamais il n’est fait état de projets structurants et transversaux, nécessaires et viables mais à l’échelle du bassin de vie. Donnez-nous un peu d’air et d’espoir sur notre Paÿs.
    Dormez en paix, braves gens, et silence!!! on continue de fermer (pauvre cher hôpital).

Répondre
Prenez connaissance de la charte de modération des commentaires avant de poster un commentaire.

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :