Cochons… la bonne case !!!

 

L’Ardèche a une histoire et une réputation qui n’est plus a faire autour du saucisson.

Le saucisson ardéchois à largement conquis toutes les contrées françaises et bien davantage.

Mais qui est-il pour prendre autant de place sur nos tables et tant aiguiser sur nos papilles?

Et vous savez qui à inventé le mot saucisson ?

 

En latin « salsus »  signifie salé. On pense que les Grecs, les Romains ou peut être même  les Ardéchois !!! sont à l’origine de la saucisse et du saucisson, mais on ne saurait dire lesquels l’ont fabriqué en premier sauf à penser que le premier fabricant Grec ou Romain eut été d’origine Ardéchoise !!!

On reconnait à ces peuples un savoir pour la salaison, les terrines et les pâtés. On retrouve des recettes de saucisson datant du temps de l’empire romain.

 

 

De plus, en accompagnement de la cervoise, les Gaulois consommaient des légumes secs, des fèves, des lentilles et aussi du cochon, nous en avons la preuve irréfutable avec notre célèbre Obélix…

 

Les salaisons connues de l’époque gallo-romaine sont le porc salé, le jambon et, notamment, le saucisson.

 

 

C’est en 1546, qu’apparait en France le mot saucisson dans le “Tiers Livre des faits et dits Héroïques du noble Pantagruel” de Rabelais,  indice de la pénétration de la cuisine transalpine.

 

Bon bref, nous avons vu plus haut que l’Ardèche en était son véritable nid !!!

Quoi qu’il en soit, cela s’est passé il y a plus de 2000 ans.

Le saucisson de haute Ardèche a été très rapidement célébré par les plus grands: du célèbre agronome Olivier de Serres à Curnonsky.

Ce dernier, grand critique de la gastronomie, décréta d’ailleurs que Saint-Agrève était la « Mecque de la charcuterie ».

 

Incontournable de la gastronomie ardéchoise, ingrédient phare de tout pique-nique réussi: coincé entre deux bonnes tranches de pain, il est également très apprécié sur les tables des grands buffets, ou sur-le-pouce, tranché fin  pour accompagner l’apéritif, et ce, bien sûr avec modération…

Le saucisson ardéchois est une spécialité des régions montagneuses de notre département.

Notre terroir réunit les conditions nécessaires à une salaison et un affinage naturel dans 212 communes de l’Ardèche dont Lamastre fait partie et ce, depuis le XVIe siècle.

Sa préparation a la particularité de lui donner un goût prononcé de viande, ainsi qu’une couleur rougeâtre à la découpe.

 

Cette production de qualité est protégée au niveau européen par une IGP (Indication Géographique protégée) “Saucisson de l’Ardèche”, qui a été publiée au Journal officiel de l’Union européenne du 23 juillet 2011

 

Cet IGP distingue le département, qui s’affirme ainsi comme le 1er en France à obtenir ce label sur le saucisson sec.

 

 

 

 

 

C’est inédit. Le premier mondial du saucisson aura lieu en Ardèche, probablement à Vanosc, les 9 et 10 juin 2018.

Voilà de quoi montrer au monde entier que nous savons faire perdurer le savoir de nos ancêtres !!

 

 

 

 

 

Tout le monde avait pris ça pour un gag. Après avoir créé l’Académie Ardéchoise des Amateurs de Saucisson en 2017 “pour promouvoir les vrais bons produits”, trois compères ardéchois lancent maintenant le Mondial du Saucisson.

l’Académie du Saucisson enregistre des candidatures venues évidemment de la Drôme, de l’Ardèche et de toute la région Auvergne-Rhône-Alpes, mais également de Vaucluse, du Gard, de la Lozère, des Bouches-du-Rhône , du Pays Basque, de la Gascogne, de la Vendée et aussi de l’étranger: Italie, Espagne, Roumanie, Portugal, Suisse et même l’Australie.

 

 

 

(Le logo de l’Académie Ardéchoise des Amoureux du Saucisson. – Yvain Bornibus)

 

 

l’Ardèche ne laisse pas son saucisson seul dans son coin, elle proposera aussi : ” le bon vin qui va avec ” ainsi que ” le bon pain qui va avec ” lors du Mondial Rabelais du Saucisson !!!!!!

 

Une cité du saucisson à Lamastre , et pourquoi pas ???

Nous avons des poids lourds de sa fabrication et de son affinage.

Il y a bien la cité du chocolat à Tain, la cité de la raviole à Romans, le musée de la pogne à Bourg de Péage , le musée du châtaignier à St Pierreville, le musée du bonbon à Montélimar , le musée de l’alambic à St Désirat…

 

Et puis, ce serait directement emboiter le pas du grand projet de la région qui est de créer la “vallée mondiale de la gastronomie”, de Dijon à Avignon…

 

 

A” bon vin, bon pain” –  bon saucisson !!!

 

 

RAD

 

Vous aimerez peut-être aussi :

1 commentaire sur Cochons… la bonne case !!!

  1. bon, moi je suis lyonnaise et j’aime avant tout le saucisson de Lyon et la rosette et j’adorais le saucisson de mon grand père fait à la ferme, il était inégalable en goût

Répondre
Prenez connaissance de la charte de modération des commentaires avant de poster un commentaire.

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*