Nos très chers fleurs s’invitent au conseil municipal

flash-info

 

Le déroulement du conseil municipal de Lamastre du 17 octobre est résumé dans l’édition du Dauphiné Libéré du 21.

Le coût du véhicule électrique acheté pour l’arrosage des fleurs y est évoqué.

 

un-vehicule-electrique-pour-les-espaces-verts

Jean Paul VALLON a affirmé, au cours de ce conseil que ce véhicule aurait coûté in fine 14 600 euros au contribuable lamastrois, après déduction d’un bonus écologique de 6 000 euros et d’une subvention du Département de 3 000 euros.

Or, dans un article précédent, nous avions indiqué un prix de 31 000 euros à partir du communiqué (non signé) paru dans l’édition du Dauphine Libéré du 07/10/16 : « Ce véhicule, dont le coût à l’achat s’élève à 25 000 euros, a bénéficié du bonus écologique de 6 000 euros pour l’achat d’une voiture électrique ».

 

 

Pour relire l’article, cliquez ci-après : Nos très chères fleurs

 

Qui dit le vrai, qui dit le faux ?

Est-ce 31 000 euros TTC avant déduction des subventions, ou 25 000 euros desquels il faut déduire les dites subventions (6 000 + 3 000) ? Dans tous les cas, on n’arrive pas aux 14 600 euros annoncés par Jean Paul VALLON.

Pour clore le débat, nous proposons à M. le Maire de fournir (par ex. aux 4 élus de l’opposition) une copie de la facture originale du vendeur ainsi qu’un double des décisions d’attribution de ces subventions.

Nous nous chargerons de relayer l’information auprès de nos lecteurs.

En l’absence de réponse, nous pourrons considérer que nous avions raison.

Quoiqu’il en soit, on n’avait nul besoin à Lamastre d’un véhicule électrique coûteux destiné à un usage aussi limité. Nous persistons à penser que nos impôts méritent une utilisation plus judicieuse.

Enfin, la baisse des dotations de l’État qu’il critique à longueur de réunion jusqu’à en saouler son public n’a pas empêché Jean Paul VALLON de commettre cet achat somptuaire.

Malgré cette prétendue baisse on n’a pas hésité à faire une dépense somptuaire et inutile. Il s’agit donc bien d’un argument sans fondement.

 

RAD

2 commentaires sur Nos très chers fleurs s’invitent au conseil municipal

  1. En effet, le prix pour ce véhicule et pour le service rendu à l’intérêt générale est tout simplement hallucinant, n’importe le montant s’élève à 31 k € ou 25 k €. De plus les véhicules électriques ne sont pas l’alternative respectant l’environnement comme c’est annoncé par les (trop) intéressés.

    Pour le cas concrète j’imagine plutôt une solution 100% « bio », complètement neutre au niveau de gaz à effet du serre, totalement indépendante de carburant fossile et d’énergie électrique et en prime, produisent d’engrais naturelle.

    J’ai vue cela à Cluny, mise en service par la municipalité pour ramasser les poubelles publiques : une calèche équipé avec des différents bacs et tiré par la force – d’un cheval. Ça vous parait peut-être farfelue, mais ça fonctionne très bien depuis quelques années déjà. Le cout de l’acquisition pour la commune est vite amorti, le cocher est un emploi aidé arraché du chômage. Ça sera une véritable solution écologique et économique au lieu de cette pseudo-écologie du véhicule électrique.

    Ça ne veut pas dire que la solution sera de mettre tous au cheval, mais le débat pour trouver des solutions pour les problèmes liés au modèle de mobilité actuelle est un autre débat.

    Moi j’imagine bien une calèche qui tire une petite remorque avec le réservoir d’eau. Les « déchets » de la force de propulsion sont en plus un bon engrais pour les plantes de la commune. Pour une ville à la campagne qui se veut aussi un peu touristique ça sera un atout. Des bonnes solutions il en a, si on veut.
    J’ai pris une photo de la calèche, du cheval et son cocher, peut-être le webmaster peut l’intégrer à la suite de ce poste.

    Bien à vous, Peter

    Calèche et cheval

Répondre
Prenez connaissance de la charte de modération des commentaires avant de poster un commentaire.

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*


Prouvez que vous êtes un humain. *