Ils ont donné leur nom à une rue de Lamastre – Aujourd’hui: Olivier de Serres

olivier-de-serres_boisgirard1

 

« Ne pas voler la terre, se savoir toujours en dette. »

Cette affirmation qui pourrait être celle d’un agriculteur en biologie ou d’un ingénieur agronome écologiste est celle d’un personnage qui était un peu les deux à la fois mais on utilisait pas encore ces termes pour le désigner car il vivait il y a plus de quatre siècles : Olivier de Serres, il se nomme.

251_4

 

 

Olivier de Serres, dont le nom résonne à nos oreilles d’Ardéchois, est célèbre pour avoir écrit un ouvrage :  « Théâtre d’agriculture et mesnage des champs » qui fut publié pour la première fois en l’an 1600 à Paris .

Cet ouvrage majeur sera réédité 19 fois (dont 8 du vivant de l’auteur). Il sera salué comme « événement littéraire et événement scientifique ».

Olivier de Serres fut l’un des premiers à étudier l’agronomie de manière scientifique et à en rechercher l’amélioration par l’expérimentation. « Rien ne peut se faire sans la Connaissance et l’on ne peut rien assurer sans l’Expérience. »

 

 

 

Né en 1539 à Villeneuve-de-Berg, où ses parents, protestants, sont de riches commerçants en étoffe, il achètera le domaine du Pradel en 1558 qu’il fera cultiver d’abord par des métayers et régisseurs, puis à partir de 1578 par lui-même. En 1559, il épouse Marguerite Darcons ; ils auront sept enfants.

 

« Que bienheureuse est la maison

    Qui d’amis reçoit à foison. »

 « Entre les plaisantes commodités de la campagne, celle-ci est remarquable qu’aux champs vous ne voyez que vos amis, vos ennemis ne vous allant jamais visiter. »

 « La bonne chère procède principalement du pain et du vin : quel traitement pouvez-vous recevoir quoique le table soit couverte d’autres bons aliments et nourritures exquises s’il y a défaut de pain et de vin. »

 « Outre l’alimentation quotidienne, le devoir de « bon mesnager » est de veiller à la bonne santé et aussi souvent que nécessaire de tenter de délivrer de maladies ceux dont il a la responsabilité, en entretenant sur la ferme un jardin médicinal. »

 Ces citations, tirées de son ouvrage, nous montrent un homme généreux qui sait allier l’utile à l’agréable.

domaine-du-pradel-olivier-de-serres

Notre expérimentateur-paysan s’affaire dans tout les domaines sur ses vastes terres du Pradel (photo).

 

Il améliore les techniques agricoles et les outils (idée du semoir mécanique).

odstamc

 

Il essaie l’irrigation (« … les rases où couraient ces eaux qui parlent, qui chantent en musique, qui contrefont le chants des oiseaux, semblent vous tenir compagnie… ces belles claires eaux. »).

 

Il pratique le reboisement, expérimente les engrais verts (fèves, pois, vesce, lupins…). Il expérimente et développe avec succès l’élevage du ver à soie.

logo

Son obstination : nourrir les hommes, tous les hommes. Et aussi nourrir la faim de la conscience. Observer les effets de tel amendement, de tel fumier ou engrais. Il étudie les effets de la sélection des semences. Expérimente les plantes nouvelles (Italie, Asie, Amérique…) dont la cartoufle qui deviendra la pomme de terre.

 

En 1559 Olivier de Serres est élu diacre protestant de l’église de Villeneuve-de-Berg. En 1562 il est élu par cette église pour se rendre à Genève afin de rencontrer Calvin.

Il est donc bien engagé dans la défense et la propension de cette nouvelle religion qui correspond à sa vision du monde et à l’ouverture des esprits.

Mais, hélas, ce n’est pas l’avis des tenants du pouvoir et il s’en suit le chaos que l’on sait.

Lors de ces guerres de religions, Olivier de Serres aura une attitude de réconciliation chaque fois que ce sera possible. Il entretient des liens avec ses amis catholiques.

olivier-de-serres-1

 

Le 15 mars 1571, le baron des Astars, seigneur suzerain et ami d’Olivier (un catholique), lui transfère ses droits seigneuriaux sur tout le domaine du Pradel. A partir de cette date les actes officiels l’appellent « noble Olivier de Serres » ou « Seigneur du Pradel ».

Le 24 septembre, un mois après le massacre de la St-Barthélémy, il abandonne son domaine en le confiant à trois voisins. Il veut avoir les mains libres pour défendre les villes protestantes. Puis il travaille à la réconciliation.

 

 

 

 

Il retourne s’installer au Pradel en 1576.

La campagne française est affligée par les conséquences de la guerre civile et le domaine du Pradel n’y a pas échappé. Il fortifie la maison du Pradel qui sera désignée par le terme « maison forte ». Il s’efforce de produire de la nourriture pour tous ses gens malgré guerres, pillards, intempéries… Il sait manier pistolets, arquebuse et porte toujours sa dague. En 1585, voici une épidémie de peste: les De Serres donnent « vivres, habits, deniers et consolations. » Ils ne distinguent pas entre catholiques et protestants « qu’il convient d’aimer indifféremment pour exercer charité envers eux, leur départant de nos biens selon nos moyens et leur nécessité. »

Citons encore notre homme : « Le père de famille ne refusera jamais de secourir de blé ceux qui en auront besoin, en ce cas tenant ses greniers ouverts en tout temps. » Il les voudrait vastes et mieux remplis « afin que soient apaisées toutes les misères. »

 

 pradel

Olivier de Serres aura de nombreux contacts avec des botanistes, jardiniers, chercheurs. Il voyage en Suisse, en Allemagne.

1600 : il fait un séjour à Paris (pour se faire rembourser la rançon de son frère Jean). Il y rencontrera le roi Henri IV ainsi que de nombreux hommes célèbres à la cour, dont le ministre Sully avec qui il parle d’agriculture.

 

 

 

 

On écoute ses conseils. Le roi lui demande notamment de publier au plus vite son chapitre sur l’élevage du ver à soie. Henri IV passera commande de 20 000 mûriers !

C’est lors de ce séjour qu’il fera publier pour la première fois son ouvrage.

« Il fallait qu’Olivier de Serres quittât sa maison, poussé par l’esprit de curiosité ; qu’il prit contact avec d’autres pays, d’autres gens ; avec le monde tout court : ses faiblesses, ses horreurs, ses bassesses. Pour acquérir ce regard lucide, cette conscience qui fait heureux l’homme des champs. » (Fernand Lequenne)

 

Certains historiens donnent une image d’un Olivier de Serres avare, porté sur l’argent… Quelques écrits sur lui le laisseraient penser. Peut-être était-il gestionnaire trop strict….

800px-olivier_de_serres_a_villeneuve_de_berg

 

 

 

Olivier de Serres meurt le 12 juillet 1619 . Son manoir sera rasé sur ordre de Richelieu et son domaine ruiné. C’est son fils aîné Daniel qui fera construire les bâtiments actuels.

 

 

 

 

(Sa statue à Villeneuve-de-Berg, installée en 1804)

 

 

 

 

unnamed

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs villes ont une rue à son nom, dont Lamastre. L’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art (ENSAAMA) à Paris, porte également le nom d’Ecole Olivier-de-Serres.

 

Aujourd’hui, le domaine du Pradel est un lieu ardéchois bien connu. Il se situe sur la commune de Mirabel, non loin de Villeneuve-de-Berg et de St-Jean-le-Centenier.

csm_bandeau_pradel_50e247cf08

Le domaine héberge plusieurs établissements et associations :

  • l’association « Institut Olivier de Serres » dont le but est d’être un lieu de mémoire et de rencontres autour de la vie et de l’oeuvre d’Olivier de Serres, de participer à l’animation de l’espace culturel et du musée Olivier de Serres, de protéger et enrichir les lieux, objets archives et recherches sur Olivier de Serres
  • l’EPLEFPA Olivier de Serres : Etablissement Public Local d’Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole
  • le CFPPA Olivier de Serres : Centre de Formation pour Adultes ; propose aux porteurs de projets en milieu rural diverses formations
  • le LEGTPA : Lycée d’Enseignement Général, Technologique et Professionnel Agricole
  • une exploitation agricole : la Ferme Caprine
  • un atelier technologique : la Ferme Olivier de Serres

ob_350a00_olivier-serre-001

 

RAD

 

 

 

 

 

Vous aimerez peut-être aussi :

Soyez le premier à commenter.

Répondre
Prenez connaissance de la charte de modération des commentaires avant de poster un commentaire.

Votre adresse mail ne sera pas publiée


*


Prouvez que vous êtes un humain. *